Des « infox » et … des vraies !

 

Les « Fake news » ou plutôt les « Infox », en bon (?) français, vous connaissez, bien sûr !

Allez, je vous rappelle la définition d’une infox : il s’agit d’une information « mensongère ou délibérément biaisée ».

Ces informations ne sont en effet jamais neutres et sont généralement émises dans un but précis de manipulation, de désinformation ou pour atteindre un objectif.

Et cet objectif n’est pas toujours facile à décrypter, notamment quand … l’humour s’en mêle (ou s’emmêle ?).

En voici un court exemple à travers une revue de presse imaginaire (ou presque !).

« Bonsoir, il est 19h, ce mardi 1er avril 1920, après un an d’absence et sa suppression pour raisons économiques, votre revue de presse en français (1) est de retour sur Ö1, gräce au club « Les Éloquents du Danube » (2).

International : dans « Der Standard » (3) : après le Brexit, le « Monaxit »avec l’annonce du départ de Monaco de l’Union Européenne.

Politique intérieure : « Wiener Zeitung » commente : au vu du résultat des dernières élections, le Président Alexander Van der Bellen désigne M. Werner Gloker, porte-parole des « Grünen » (4) comme nouveau chancelier fédéral et le charge de former le gouvernement.

Dans « Die Presse », M. Gloker (5) annonce que la première décision du nouveau gouvernement consistera à mettre le site de l’ancienne centrale nucléaire de Zwentendorf (6) à la disposition du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) pour en faire son nouveau siège.

D’après « Salzburger Nachristen », la nouvelle coalition envisage de créer un secrétariat d’État aux expatriés, confié à un citoyen européen.

« Österreich » révèle que le candidat pressenti serait un français, Monsieur Pierre Aredizian.

Économie : dans « Kurier », après la nouvelle route de la soie, l’Autriche envisage de lancer le chemin de la bière, de Wien à Valparaiso en passant par München et …. Saint Paul lès Romans.

Littérature : sur « ORF online », le « Litteraturpreis der Stadt Wien » (prix littéraire de la ville de Vienne) est décerné à « Ça va, ça valse », d’Annie Prunier, qui retrace les aventures d’une blogueuse française à Vienne.

Opéra : dans les pages culturelle de « Heute », le baryton Marco di Piasa triomphe au Stadtopper de Vienne, après Paris et la Scala de Milan dans « Vienne la bourge », d’après un livret de Nicole Valeari.

Regards croisés France & Autriche : Jean Yves Tiroir, nouveau directeur de l’Institut Français, présente son programme dans « Falter », article repris dans « Le Monde » : retour au palais Galas, traduction de l’ensemble des débats, et prochaines conférences sur « Les mises en abîmes » et « l’ironie inclusive ».

Voilà, c’est la fin de ce bulletin, très librement inspiré de la réalité et … de la revue de presse quotidienne de l’Ambassade de France à Vienne,

merci de votre attention, et à demain même heure ou peut-être pas, cela dépendra de vous, et de votre mobilisation , chers auditrices et auditeurs (1) …

C’était Jacques-Yves Rousseau en direct sur Ö1, en différé sur Arte mais aussi sur https://wiennoiseries.com/.« 

Bon, ce n’était pas une fable, et il n’y a pas de morale !

Le but poursuivi ?

Vous faire rire, bien sûr, mais peut-être aussi défendre le français un peu malmené ou maltraité ces derniers temps, en Autriche ou ailleurs, parfois par celles et ceux qui sont chargés de le le défendre ou le promouvoir …

A moins qu’il y ait un objectif caché ? Une vraie infox en quelque sorte ! A vous de décider !

 

Quelques « vraies » précisions !

(1) La revue de presse quotidienne en français sur Ö1, la radio nationale autrichienne, a été supprimée en début d’année (ne reste qu’un bulletin en anglais …). Un certain nombre de francophones de Vienne a dénoncé cette suppression ….
(2) « Les Éloquents du Danube » : un club d’éloquence français de Vienne qui m’a donné l’occasion de rédiger ce texte !
(3) « Der Standard », « Wiener Zeitung », « Salzburger Nachristen », « Kurier », »ORF online », « Falter », ainsi que « Heute » et « Österreich » sont des journaux ou des médias autrichiens. Les deux derniers sont des gratuits, plus proches des « tabloïds » anglais que du « Monde », et leurs pages culturelles …
(4) « Die Grünen » : les « Verts » autrichiens
(5) Pour la plupart des noms cités (en dehors du Président de la République), la formule célèbre –« Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite » – ne s’applique ! Je dirais plutôt : « Toute coïncidence ou ressemblance avec des personnages réels n’est ni fortuite ni  involontaire », chacun-e (notamment certain-e-s « Éloquents ») s’y reconnaitra, ou pas !
(6) La centrale nucléaire de Zwentendorf , au bord du Danube, a été fermée en 1978 quelques mois avant son démarrage suite à une longue lutte des écologistes et … un référendum ! Elle n’a jamais été mise en service. Elle est ouverte au public depuis 2010.  L’Autriche a renoncé au nucléaire depuis 1986 …
Publié dans Autriche, Drôme, Journaux, Radio, TV, Vie quotidienne, Wien | Laisser un commentaire

Un régal de harengs !

‪‪

« Heringsschmaus » : la salade de harengs, ou plutôt le « régal de harengs » porte bien son nom !

Ce plat familial, à base de harengs, pommes de terre, cornichons et oignons se mangeait traditionnellement en Autriche et à Vienne, le Mardi-Gras ou « Faschingdienstag », qui marque comme en France la fin du carnaval et le début du carême.

Plat du pauvre (1), aux nombreuses variantes, il est aujourd’hui plus généralement partagé à l’occasion d’un évènement familial ou d’un repas amical, comme celui où viennent de nous inviter des ami-e-s viennois-es.

C’est un plat « roboratif » (2), qui « ravigote » comme disait ma grand-mère, mais c’est aussi – paraît-il – souverain pour effacer par exemple les excès culinaires du …. carnaval !

On pourrait importer ce plat à St Paul, pour les lendemains du corso (3), je préfère finalement les harengs à la soupe à l’oignon !

En tout cas, je me ressers !

(1) Le commissaire Maigret préférait son « Harengs pommes à l’huile, un cousin parisien en fait !
(2) C’est le cliché favori des critiques gastronomiques, mais j’ai vérifié la définition, roboratif veut dire en réalité : « qui revigore, qui redonne des forces » et « ravigoter : « rendre plus vigoureux, redonner de la force, de la vigueur », comme quoi !
(3) J’attends votre avis ou vos commentaires, dans l’Impartialde la Drôme (http://www.limpartial.fr) ou sur « wiennoiseries » (https://wiennoiseries.com/).
Publié dans Autriche, Culture, Gastronomie, Humour, Langue, Nourriture, Traditions, Vie quotidienne, Wien | Laisser un commentaire